Parmi les maladies qui peuvent affecter le chat, on peut trouver le coryza. Cette maladie touche principalement les poumons du minou. Elle est par ailleurs très virulente et se transmet facilement. À cause de sa contagion, elle va toucher un spécimen et se répand vers d’autres qui l’auront côtoyé.

C’est surtout les chats non vaccinés qui sont le plus en danger et qui peuvent être touchés à tout moment. Trois sortes de virus peuvent être à l’origine du coryza : il y a l’« herpes Virus », le « calicivirus »et  le « réovirus ». Ces virus ont chacun leur particularité et aussi leurs niveaux d’affectation sont variés, certains sont plus risqué que d’autres. Vu qu’elle est très répandue et facile à transmettre, un chat peut l’avoir en allant juste faire une visite systématique chez le vétérinaire. Mais la bonne nouvelle c’est que pour se prémunir de sa contraction le chat peut être vacciné. Même si sa diffusion et sa contagion ne se font qu’entre les félins.

La vaccination est une option

Il est important de mettre une importance capitale pour vacciner le chat contre le coryza. Même si les chats domestiques, ceux qui ne quittent jamais l’appartement ne risquent pas d’attraper le virus de la maladie, une visite chez le vétérinaire suffit pour le contracter. C’est donc indispensable de faire vacciner l’animal avant qu’il ne soit trop tard.

Les signes de la contraction de la maladie

Le choc anaphylactique apparaît toujours subitementSi le chat éternue, ne mange plus et a de la température voir de la fièvre. Ce sont tous des symptômes du coryza. Mise à part cela si le chat est irrité au niveau du museau et des yeux et qu’il a des écoulements ou qu’il a la conjonctivite, c’est la confirmation de la contraction de la maladie. Chez les félins déjà murs, elle se manifeste par l’apparition de la conjonctivite et des ulcères de la cornée. Comme dit plus haut, la manifestation de la maladie, ainsi que son degré d’affectation varie selon de virus responsable. Ainsi pour le calicivirus, le coryza se reconnaît par la perte de vigueur et la montée de température du chat. Ce dernier va aussi perdre l’appétit à cause des irritations dans sa  gorge et des écoulements de museau et des yeux ne vont pas aider. En ce qui concerne le« réovirus », il apporte surtout une maladie bénigne car mise à part le larmoiement rien de bien méchant ne va déranger le chat. Enfin, pour l’herpès Virus qui est le plus à craindre, le petit minou aura des crises de toux, des éternuements, la conjonctivite et de la muqueuse nasale voire des écoulements assez importante. Il va aussi avoir une perte d’énergie, ce qui est assez problématique. Il ne faut ni douter ni lézarder pour traiter le chat s’il est affecté car au risque de le perdre pour toujours il vaut mieux l’emmener au plus vite chez le vétérinaire recevoir un traitement adéquat. Toutes les informations sur cette maladie peuvent être retrouvées sur chat-sante.fr.

La guérison du coryza peut-elle se faire sans aucun traitement?

Il faut être très vigilant et ne pas trop se buter et se cotonner à  ne pas traiter la maladie. Suivant le degré d’affectation du chat et de l’agent viral qui l’affecte, les risques peuvent être grands. Les antibiotiques ont été créés pour justement traiter la maladie. Les os nasale peuvent avoir des risques nécrose et l’affectation peut très bien se disperser sur l’ensemble du corps. Si cette dernière phase se réalise le chat perdra toute sa vitalité et peut même mourir suite à un épuisement total.

Quels sont les traitements contre le coryza?

Les traitements contre la maladie sont multiples et très variés. On trouve :    les antibiotiques: on peut en trouver en comprimé, en goute ou en injection.    L’aérosolthérapie: il s’agit de faire inhaler le médicament.    Dans certains cas graves d’affectation le chat peut être hospitalisé (pris en charge par le vétérinaire pendant un certain temps) et même suivre un traitement antiviral. Bref, le coryza peut être prévenu par l’administration de vaccin. En cas de contraction le mieux c’est toujours de faire soigner rapidement le chat pour éviter le risque de mort. Il est malheureux de savoir que certains chats peuvent être porteur de la maladie pendant plusieurs années sans qu’aucune aide ni médication lui soit fournie par ses maîtres. Éviter donc de faire souffrir inutilement votre chat, la maladie peut très bien être traité et cela très facilement.